SURFSTAT

RESEAU D’ANALYSE SURFACIQUE DES HABITATS MARINS

Créé en 2013, le réseau SURFSTAT s’intègre dans le volet biologie du réseau DCE. Il a pour principal objectif d’apprécier par une approche statistique l’hétérogénéité écologique des fonds sous-marins dans l’espace et le temps entre 0 et 80 m de profondeur sur le littoral méditerranéen français. La description de l’hétérogénéité est essentielle pour évaluer la fragmentation et la connectivité des habitats. La première mission de ce réseau est de compléter la cartographie sous-marine des habitats en 2D existante (réalisation et étude de cartes géographiques) et d’établir la correspondance en 3D des habitats marins. Le second objectif est de proposer et mesurer différentes variables de composition et de configuration pouvant servir d’indicateurs surfaciques (= spatiaux) de la qualité des eaux côtières à partir de ces cartographies des habitats marins. SURFSTAT est donc un premier pas vers un moyen de surveillance à large échelle (avec grille d’interprétation) des habitats marins.

 

Dans ce réseau SURFSTAT nous réalisons une analyse surfacique sur l’habitat Herbier à posidonie :

*Vous trouverez une carte de l’évolution globale de l’herbier qui combine les évolutions en limite inférieure et en limite supérieure (comparaisons réalisées avec les photographies aériennes anciennes). Toutes les zones où l’état de l’herbier a été qualifié de régressif d’après la comparaison avec les photographies aériennes anciennes entre 0 et 15 mètres ont été cartographiées en matte morte sur cette carte d’évolution. En région PACA, la base de données MEDBENTH (Agence de l’Eau RMC / IFREMER) et le programme CARTHAM (AAMP/MEEDTL) ont permis de cartographier 70% du littoral jusqu’à environ 60 mètres de profondeur. Afin d’avoir des données cartographiques fiables, des campagnes de terrain ont été effectuées afin de compléter et d’actualiser ces données :

 

En 2013 dans le cadre du projet SURFSTAT des campagnes d’acquisition bathymétriques et sonar ont permis de compléter la cartographie des habitats marins dans 4 masses d’eau en région PACA (Pointe du Gaou – Pointe Escampobariou, Pointe des Issambres – Ouest Fréjus, Golfe de Saint Tropez et Fréjus – Saint Raphael – Ouest Sainte Maxime).

 

Entre 2014 et 2015 de nouvelles cartographies des petits fonds (entre 0 et -15/-20 mètres) ont été réalisées pour la Corse du golfe de Propriano aux Bouches de Bonifacio, au large de Bastia, et de l’Est de Calvi au désert des Agriates. Des campagnes d’acquisition bathymétrique et sonar ont été réalisées dans le sud-ouest de la Corse et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour combler les zones manquantes jusqu’à environ -80 mètres afin d’intégrer la zone de répartition du coralligène. En région PACA la quasi-totalité des petits fonds ont quant à eux été actualisés à partir de photographies aériennes et d’observations en plongée-tractée.

 

Entre 2016 et 2018, de nouvelles campagnes d’acquisition bathymétrique et sonar ont permis de compléter la cartographie des biocénoses marines entre -15 et -80 m sur quatre

masses d’eau de Corse (Est de Calvi au Désert des Agriates ; Littoral Bastiais ; Plaine Orientale ; Golfe de Sagone). Ainsi, grâce aux nouvelles données acoustiques sonar et aux observations en plongée-tractée, la répartition des herbiers à Posidonie a pu être cartographiée de manière plus détaillée. De nouvelles zones de matte morte et de nouveaux récifs coralligènes ont également été recensés.

*Vous pourrez visualiser l’indice de régression de l’herbier de Posidonie – correspondant à la surface actuelle de la matte morte (ancienne et actuelle) sur la somme entre la surface de la matte morte (ancienne et actuelle) et la surface actuelle de l’herbier – ainsi que l’indice de diversité de Simpson.

*Vous aurez également la possibilité d’utiliser un outil de comparaison des données. Un tableau est ainsi généré détaillant des métriques sur l’herbier de posidonie entre 0 et 40 mètres de fond et sur toutes les biocénoses entre 0 et 60 mètres afin d’intégrer la zone de répartition du coralligène. Ces métriques sont issues d’une analyse du paysage réalisée sous le logiciel R.

 

Structure : Andromède Océanologie

 

Personne en charge du projet :

Gwenaëlle Delaruelle / Agathe Blandin / Florian Holon

Florian.holon@andromede-ocean.com

 

Site internet : http://www.andromede-ocean.com