OSE-MED

OBSERVATOIRE SOCIO-ECONOMIQUE DES USAGES DU LITTORAL ET DE LA MER

L’observatoire OSE-Med a été initié en 2009 par l’IRSN et l’agence de l’eau. Il vise à caractériser à l’échelle de la façade méditerranéenne la socio-économie du littoral et de la mer en lien avec la qualité du milieu marin. L’observatoire s’appuie sur la base du travail réalisé en matière de « socio-économie » dans l’étude CLARA 2* : choix des méthodes, des indicateurs de suivi, de l’échelle spatio-temporelle,… Cette étude a permis de réaliser une première caractérisation de la socio-économie du littoral et de la mer à l’échelle de la façade méditerranéenne.

 

9 indicateurs en lien avec la qualité du milieu marin sont renseignés à ce stade au titre de l’observatoire sur chacune des communes littorales des bassins versants de proximité : la pêche côtière, la pêche de loisir, l’aquaculture, la plaisance, la plongée sous-marine, la baignade, les sentiers sous-marins, l’hébergement et la restauration.

 

Pour chacun de ces indicateurs, une évaluation monétaire est réalisée à travers le chiffre d’affaire annuel (CA).

 

Pour les indicateurs marchands, les données sont recueillies auprès des organismes détenteurs d’informations à diverses échelles (INSEE, chambres de commerce et d’Industrie, Ifremer, Fédérations professionnelles…) avant d’être traitées, analysées et sommées.

 

Pour les activités comprenant une part non marchande (baignade, pêche de loisir, plongée), les indicateurs sont recueillies en consultant des études d’évaluation monétaire plus récentes (revue de littérature) puis en transférant les bénéfices à nos zones d’études.

 

Le zonage choisi pour agglomérer les informations récoltées pour chacune de ces activités correspond au référentiel de gestion préconisé par les SDAGE, à savoir les zones homogènes. La traduction des valeurs monétaires en indice de sensibilité socio-économique associé à un code couleur permet de comparer facilement les zones entres elles sur la base de l’idée suivante : plus la valeur économique d’une zone est élevée, plus elle est sensible à une éventuelle dégradation de la qualité du milieu marin et à l’altération des services écosystémiques sur lesquels s’appuient les usages considérés.

 

Les données de l’observatoire sont mises à jour tous les cinq à dix ans à travers une étude spécifique. L’université de Versailles (CEARC) a réalisé en 2016, en partenariat avec l’IRSN et l’Agence de l’eau RM&C, l’actualisation des données de 2009. Cette actualisation est disponible sur MEDTRIX.

 

Structure : Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse

 

Personne en charge du projet :

Cathy-Anna VALENTINI / CathyAnna.VALENTINIPOIRIER@eaurmc.fr

 

Site internet : http://www.eaurmc.fr